Valétudinaire

Adj. et n. (fin XIVè ; lat. valetudinarius). Vieilli ou littér. Dont la santé précaire est souvent altérée. V. Egrotant, maladif. Vieillard valétudinaire.

"Caetano da Maia était un vieux et fidèle portugais qui se signait au nom de Robespierre et qui, dans son apathie d'aristocrate dévot et valétudinaire, n'avait plus qu'un sentiment vivace : l'horreur, la haine du jacobin à qui il attribuait tous les malheurs, ceux de la patrie et les siens propres, depuis la perte des colonies jusqu'à ses attaques de goutte."

(Les Maia, Eça de Queiroz, 1888, trad. du portugais par Paul Teyssier, Chandeigne, 2000, 796p.)

--------------------------------------

Véniel, elle

Adj. (1380 ; venial, XIIIè ; lat. ecclés. venialis, de venia "pardon"). Relig. cathol. Péché véniel, digne de pardon (opposé à péché mortel). "Le péché véniel ne fait pas perdre l'absolution" (SAND). ◊Littér. (1718) Se dit d'une faute légère. V. Excusable, insignifiant. Larcin véniel.

"Certainement, il avait menti souvent chez lui, pour se préserver d'une punition, pour garder une piève de deux francs, et beaucoup plus souvent pour le plaisir de parler ou de se vanter. Mais si le mensonge lui paraissait véniel avec sa famille, il lui paraissait mortel avec les étrangers".

(Le premier homme, Albert Camus)

Retour à l'accueil