Maillotin

N.m. (1380; dimin. de maillet). ♦ Arme ancienne semblable au maillet. — Hist. Les maillotins, nom donné aux parisiens insurgés contre l'oppression fiscale au XIVe s., et qui s'étaient armés de maillotins. ♦ (De maillet, 2°). Pressoir à olives.

 

"En tout cas, ces maillotins devaient être matés, n'est-ce pas ? On a réussi à endormir le peuple une première fois en embastillant Aubriot, mais, maintenant il faut s'emparer des meneurs."

(Saltarello, Matthieu Dhennin)


Mafflu, ue

adj. (Maflé, 1666; même rac. que l'a. v. mafler "manger beaucoup"; néerl. maffelen "mâchonner"). Vx. ou litt. Qui a de grosse joues. V. Joufflu. "Grasse, mafflue et rebondie" (LA FONT.). Visage mafflu. V. Bouffi. "Quelques robustes servantes aux joues colorées et mafflues" (GAUTIER). V. Plein, rebondi, rond. ◊ ANT. Maigre.

 

"Bras écartés, paumes ouvertes et tête baissée, l'évêque Hugues d'Avranches se tenait à la croisée de la nef et du transept, face au catafalque. Sa voix mafflue mais précise avait ouvert de façon puissante et digne la litanie du rituel de la messe des morts."

(Saltarello, Matthieu Dhennin)


Morasse

N.f. (1845; it. moraccio "noiraud", de moro "noir"). Imprim. Dernière épreuve, faite généralement à la brosse, lorsque la mise en page du journal est terminée.

"La lisibilité du jour de parution du journal n'est plus celle du livre en librairie. Le contxte effacé, l'énigme grandit. Le temps chaud du marbre et des morasses laisse place au temps froid des bibliothèques". (L'ordre Libertaire, la vie philosophique d'Albert Camus, Michel Onfray)

Retour à l'accueil