Cachexie →Cachectique (Adj.)

N.f. (1537; lat. méd. cachexia, gr. kakhexia, de kakos "mauvais", et hexis "constitution"). ♦1° Maigreur extrême avec atteinte grave de l'état général, due à une maldie ou à la sous-alimentation (V. Athrepsie, consomption), dans la phase terminale de certaines maladies. ♦2° Vétér. Cachexie acqueuse, sèche, osseuse (des bovins).

"Le spectacle d'enfants bien roses, frais, correctement nourris tranche sur celui des petits Français de Montmartre cachectiques, pâles et maladifs." (L'ordre Libertaire, la vie philosophique d'Albert Camus, Michel Onfray)


Cacolet

N.m. (1819; cacolier, 1808; mot des Pyrénées, p.ê. basque). Sorte de bât composé de deux sièges à dossier et qui sert à transporter des voyageurs, des blessés. "Des cacolets revenant des avant-postes avec des blessés" (DAUD.).

"Il allait à pied quand c'était dans le voisinage, en carriole dans la plaine, en cacolet dans la montagne"

(Victor Hugo, Les misérables)


Camail

N.m. (XIIIè; prov. capmalh "tête de mailles"; lat. caput "tête" et macula " maille"). ♦ Au moyen âge, armure de tête en tissus de mailles. Courte pèlerine que les écclésiastiques portent par-dessus le surplis, le rochet ou la soutane. V. Mosette. Camails rouges des cardinaux. Zool. Longues plumes du cou et de la poitrine chez le coq.

"Le lendemain, quand on vint chercher lemalheureux, l'évêque était là. Il le suivit. il se montra aux yeux de la foule en camail violet et avec sa croix épiscopale au cou, côte à côte avec ce misérable lié de cordes."

(Victor Hugo, Les misérables)


Caque

n.f. (XIVe ; de caquer). Barrique où l'on empile des harengs salés. Une caque de harengs. Fig. Serrés comme des harengs en caque (Cf. Comme des sardines). Loc. fig. La caque sent toujours le harengs : on porte toujours la marque d'une origine basse.

 

"Le lièvre, lui, semblait inquiet ; il renifla plusieurs fois tout autour de la remise, il y flottait une odeur de poissons pourri. ils auront mis des ides en caque avec trop peu de sel, se dit Vatanen, et il s'endormit sans plus se soucier de l'odeur douceâtre."

(Le lièvre de Vatanen, roman traduit du finnois d'Arto Paasilina, 1975)


Catachrèse

n.f. (1557; lat. catachresis, gr. Katakhrêsis). Figue de rhétorique qui consiste à détourner un mot de son sens propre. V. Métaphore. On dira par catachrèse : aller à cheval sur un bâton.

 

"Dans le langage courant, le mot Nord-Sud signifiait une ligne souterraine neuve, propre et parfumée, contrastant avec le métro du début du siècle, sale et malodorant. Par la suite, la nouvelle appellation devenue désuette, tout prit le nom et l'aspect du métro. Le Nord-Sud fut oublié, il se fit entre le métro classique et lui une osmose de crasse, où le sens de l'utopie Nord-Sud s'évanouit, par catachrèse, comme dans ces révolutions dont le rêve avec le temps disparaît sous l'ancienne poussière revenue.

(Blanche ou l'oubli, Louis Aragon)


Caule

N.f. Bonnet de tissus fin moulant le crâne, à lacets. (Déf. extraite du lexique médiéval publié en annexe du roman Saltarello de Matthieu Dhennin)

 

"[...]Taillevent, [...] était parvenu en quelques années à se glisser au sommet de la gastronomie parisienne [...]. Fort grand, une caule en coton blanc en permanence sur la tête, il entretenait avec soin une barbichette à deux pointes, tombant de part et d'autre de son menton"

(Saltarello, Matthieu Dhennin)


Chiasma ou Chiasme

N.m. (1842; chiasmos, 1836; gr. khiasma "croisement").

I. CHIASME. Figure de rhétorique formée d'un croisement des termes (là où le parallélisme serait normal). Ex. : Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger.

II. CHIASMA. Anat. Structure se présentant sous la forme d'un entrecroisement. — Spécialt. chiasma optique, croisement des fibres de deux bandelettes optiques au dessus de la selle turcique.

"Alain, professeur de philosophie célèbre, philosophe notable et journaliste au long cours, a donné plus de trois mille Propos à des journaus divers. La vulgate prétend qu'en philosophant dans les journaux il se proposait de "hisser le fait divers à la hauteur de la métaphysique". Un chiasme facile met en évidence le risque encouru avec pareil projet : " descendre la métaphysique au niveau du fait divers". 

(L'ordre Libertaire, la vie philosophique d'Albert Camus, Michel Onfray)

"Ce chiasme entre le désordre de ceux qui prétendent faire respecter l'ordre, les gens de pouvoir, et l'ordre de ceux qu'ils présentent comme des fauteurs de troubles qui voudraient le désordre, les anarchistes, permet de comprendre que l'on puisse parler d'un ordre libertaire ; L'ordre anarchiste, c'est le désordre des bien-pensants ; l'ordre des bien-pensants, c'est le désordre des anarchistes."

(L'ordre Libertaire, la vie philosophique d'Albert Camus, Michel Onfray)


Chibouque ou chibouk

  N.f. ou m. (1831); turc tchiboucq "tuyau"). Pipe turque à long tuyau. "Un râtelier de chibouques" (FLAUB.).

 

"On voyait nettement sortir de derrière son dos le long tuyau d'une chibouque qui saillait bien au-dessus de son épaule droite."

(Le voyage des innocents, un pique-nique dans l'Ancien Monde. Relation de voyage de Mark Twain, 1982, François Maspero / La Découverte, 508p.)


Complexion

N.f. (XIIe; lat. complexio. V. Complexe). ♦ Littér. Ensemble des éléments constitutifs du corps humain. V. Constitution, nature, tempérament. Complexion délicate, faible; robuste. "La peste détruisait surtout les complexions vigoureuses" (CAMUS). ♦ Vieilli. Teint. "D'une complexion blanche" (STE-BEUVE). ♦ Vx. Caractère, humeur. De complexion triste, gaie.

 

"De complexion malingre, il compensait son apparence chétive par une débauche d'énergie dans tout ce qu'il faisait."

(Saltarello, Matthieu Dhennin)


1.Curie

N.f. (1538; lat. curia). ♦ Antiq. rom. Division de la tribue chez les romains. Romulus partagea le peuple romain en trois tribues, et chaque tribue en dix curies.Sénat de Rome, et par ext. des villes muicipales. (1863 ; it. curia). Ensemble des administrations qui constituent la Cour de Rome, le gouvernement pontifical. La curie romaine, et absolt. La curie. Cardinal de curie. ◊ HOM. Curry.

 

"[...], pour moi, l'élection d'un antipape, vous l'appelez Clément, n'est-ce pas, Clément le Septième, par une bande d'évèques dissidents d'Avignon, frustrés de perdre leur influence à la curie, n'est qu'une mascarade qui compromet l'image de notre sainte Église..."

(Saltarello, Matthieu Dhennin)



 

Retour à l'accueil