lagos shake pochetteEt oui, après les livres, les films, les BD, c'est maintenant dans la musique que je viens fourrer mon nez en créant cette nouvelle rubrique " Pour les zoreilles".

Pour commencer, je n'ai pas choisi le plus facile, je m'attaque à un vrai coup de coeur dans un domaine que je ne connais pas ou presque : l'afrobeat. Il s'agit, à en croire mes lectures rapides et diverses (mes sources sont les sites des Inroks et Wikipédia) d'un genre musical apparu dans les années 1960 à Lagos au Nigéria. Le père de cette musique serait Fela Anikulapo Kuti (1938-1997) qui déclarait que sans son batteur Tony Allen (né en 1940), l'afrobeat n'existerait pas.

Bref, cet album de Tony Allen découvert par hasard est un régal de surprise musicale. On est clairement en Afrique, beaucoup de percussions et de rythmes afro, on entend souvent les djembés. Basée sur la répétition de boucles jouées par de vrais instruments ou parfois issues de la musique électronique, c'est une musique très dansante et envoûtante. Sur cette base vient parfois se greffer une mélodie chantée comme sur le titre Samba, ou une trompette très jazz comme sur le premier morceau de l'album "Sankofa".

Mon titre préféré pour danser, à mettre à fond avec le maximum d'infra basse, c'est "Fuji Ouija" un morceau très électro, explosif, jubilatoire. A la première écoute, on s'est mis a rebondir dans toute la maison en hurlant de rire. Si grand-mère avait été là, je parie qu'elle en aurait perdu son dentier.

Retour à l'accueil