Dure lutte tututte
De retour de manif à Beauvais. Nous partîmes peut-être cinq cent mais peu de prompt renfort nous fit arriver à peine quatre cent du jeu de paume à la préfecture. Cela ressemblait à un flop, une déconfiture. Les gens dans les cortège et j'en suis le premier ne crient plus, parlent à peine. J'étais seul au milieu de quelques groupes qui se raccrochent à de lointains souvenirs  qui promettaient de beaux lendemains. On ressort les quelques chants de circonstance, l'Internationale, Hexagone de Renaud... c'était triste comme les autres manifs auxquelles j'ai pu participer ces derniers temps. La droite à gagné pour un moment. On reste chez soi en attendant. En attendant quoi ? des jours meilleurs. je suis déçu. Je me suis senti seul au milieu d'autres solitudes. Je continuerai à aller manifester parce que si je n'y vais pas, il y en aura encore un en moins. Mieux vaut en rire, je ne sais pas. Ne faudrait-il pas plutôt en pleurer un bon coup ? Seul et impuissant.
Retour à l'accueil